english version

LE MORNING RIDE DES TRICOTEURS

   
1 / 17
  fullscreen infos sheet

LE MORNING RIDE DES TRICOTEURS

Six heures, Paris s’éveille. Les derniers arrivants se suivent à trois minutes d’intervalle et garent leur
moto à côté de celles de leurs futurs compagnons
de route du petit matin. Que de la belle machine
avec, semble-t-il, une légère préférence pour les
anglo-saxonnes, puisque
se côtoient différents modèles de Triumph
et une Harley-Davidson. Pour autant, les japonaises
sont aussi dignement représentées
avec, notamment, une Yamaha TRX de collection.
Le groupe des Tricoteurs est maintenant
au complet. Ils sont huit aujourd’hui. Et la
parité est presque respectée. Trois femmes
et cinq hommes, âgés de 31 à 61 ans. Tous
écoutent les explications de Sandrine, qui a
préparé l’itinéraire de cette balade matinale
au départ de l’Ouest parisien. Casque, gants...
chacun enfourche son engin. Contact !
L’art de la fugue dans un décor
de carte postale
Au programme : remontée des quais de Seine,
rive droite, vers le centre-ville. Sortie à la place
de la Concorde. Une droite et cap sur la place
Vendôme, pour filer ensuite vers le musée et
la pyramide du Louvre. Reprise des quais, traversée
de la Seine pour un tour de l’île de la Cité, d’où l’on ressortira côté rive gauche cette fois, l’occasion d’une halte sur le parvis de Notre-Dame. Enfin, un ultime stop au Trocadéro avec sa superbe vue sur la tour Eiffel,
avant le traditionnel petit déj’ de fin de ride,
comme ils disent. En tout, une petite heure et
demie de bonheur pur, si l’on en croit le sourire
et le regard radieux des participants de
cette chevauchée fantastique.
« À cette heure, à la fraîche, alors qu’il n’y a
presque aucun autre véhicule qui circule dans
Paris, ce sont des sensations uniques. Je ne
veux pas verser dans un délire mystique mais
il y a une forme de communion, un vrai partage
qui se passe de mots, lorsqu’on roule ainsi
en groupe, sans forcer l’allure.